Guide des différents types de freins

Qui dit sécurité en transporteur électrique dit forcément système de freinage. Vous le savez, le frein est l’élément indispensable à tous véhicules, électriques ou non. Il en existe de différents types et il est parfois difficile de s’y retrouver.

 

Mais pas de panique, Alternative Bike vous propose de résumer avec vous les différents types de freins.

Le frein tambour

Ce système de frein se trouve au centre de la roue, dans le moyeux. Lorsque l’on serre la poignée, deux patins ou mâchoires vont serrer l’intérieur d’une cloche se trouvant au centre de la roue, le tambour.

Ce frein dispose de deux avantages considérables, il ne demande pas d’entretien et assure un bon freinage. A noter qu’il fonctionne aussi par temps de pluie. Pour ce qui est des inconvénients, il est lourd et son volume risque de vous gêner si vous voulez démonter la roue.

Le frein à rétro pédalage

Même système que le frein tambour à une différence prêt. Ce frein a pour particularité de ne pas être actionné par une poignée mais par les pédales. Le frein s’actionne quand on pédale en arrière. Très populaire dans les Pays-Bas et en Allemagne, ce système de frein demande un temps d’adaptation mais est assez plaisant une fois pris en main/pied.

 

Le frein à disques

Ce système de freinage est issu du monde de la moto et de la voiture. Un disque se visse sur le moyeux de la roue. Lorsque que l’on actionne le freinage, des plaquettes situées dans l’étrier viennent serrer le disque.

Il a comme avantage d’être léger et moins volumineux qu’un frein tambour. Il permet un excellent freinage, notamment par temps de pluie sur une chaussée mouillée. Ce type de frein ne présente pas de réels inconvénients, si ce n’est qu’il peut être plus fragile, en cas de chute notamment.  Certains sont équipés d’un carter de protection.

Le frein à disques peut être hydraulique ou mécanique. Ces deux types de freins sont différenciés par le système qui les actionne.

 

Dans le système hydraulique les plaquettes sont actionnées par la pression d’un liquide. Soit de l’huile minérale ou de la DOT.

Dans le système mécanique, les plaquettes sont actionnées par un câble.

Ce qu’il faut retenir sur la différence de ces deux freins, c’est que le frein mécanique demandera plus d’entretien qu’un frein hydraulique et que le frein hydraulique permet une meilleure répartition du freinage. En effet dans le système hydraulique, les deux plaquettes sont actionnées systématiquement alors que dans le système à câble une seule plaquette bouge.

 

Le frein à patin (V-Brake, cantilever, caliper, etc)

De tous les types de freins présentés ici, il s’agit du plus populaire. Il est simple d’utilisation, léger et économique. Les patins viennent serrer la jante de la roue, permettant de freiner.

Attention, à moins d’avoir des patins/gommes de qualités le freinage en cas de pluie est fortement détériorer.

Le plus utilisé est le système V-Brake, que l’on retrouve notamment sur les VTC, VTT; vélos de ville…

Les patins sont très majoritairement actionnés par un système de câble mais il existe aussi des patins actionnés par système hydraulique. Comme par exemple le Magura HS11.

En définitive, il existe différents freins pour différentes pratiques, usages et bourses. Il ne vous reste maintenant plus qu’à trouver chaussure à votre pied !

Assurances pour vos transporteurs électriques

Vous êtes propriétaire d’un transporteur électrique (aussi appelé NVEI pour Nouveaux Véhicules Électriques Individuels ou encore LEV pour Light Electric Vehicle) ou comptez le devenir et vous vous posez cette question : est-il nécessaire d’assurer mon transporteur électrique ?

Comme vous le savez les types de transporteurs électriques sont nombreux, trottinette électrique, gyroroue, skateboard électrique, etc. Dans cette jungle de produits il est difficile de comprendre la réglementation des assurances.

 

Une assurance est-elle obligatoire ?

Selon le code de la route :

A notre connaissance le code de la route ne cite pas ces nouveaux moyens de mobilité. Ils ne sont pas considérés comme des véhicules au sens administratif du terme mais comme des jouets (et sont donc réservés à une utilisation privative).

Nous ne connaissons pas d’articles dans ce code obligeant d’assurer ce type de produit.

 

Selon le code des assurances :

Après discussion avec différentes compagnies, le code des assurances impose une protection pour les véhicules terrestres à moteurs. En effet, selon les codes des assurances, “…, doit, pour faire circuler celui-ci, être couverte par une assurance garantissant cette responsabilité, dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.” selon l’Article L-211-1  du code des assurances. Sans rentrer dans les subtilités juridiques ce code demande une assurance pour rouler avec ces produits.

 

Comment assurer son transporteur électrique ?

Si il y’a quelques années trouver une assurance pour ce type de produit était compliqué, les compagnies ont sues s’adapter. Le plus simple (si cela est possible) pour assurer votre transporteur électrique est de vous rapprocher de votre assurance multi-risques habitation. Pour cela, contactez bien votre assureur, en précisant le type de véhicule, son type d’usage, son coût et sa marque.

Si votre assurance habitation ne peut pas vous couvrir ou si vous souhaitez faire jouer la concurrence, l’autre solution est de souscrire à une assurance spécialisée. Bien qu’elles soient encore toutes récentes, les assurances pour NVEI commencent à être mises en place.

Les conditions varieront en fonction du type de produit, gyroroue, trottinette électrique, hoverboards, etc. Prévoyez un coût annuel moyen de 100 à 150€.

 

 Grâce à l’un de ses partenaires, Alternative Bike peut vous proposer de souscrire à ce type d’assurance.

Assurances pour Vélos électriques : Comment choisir ?

Un vélo électrique peut coûter cher et n’est pas à l’abri du vol et de la casse. De ce fait, vous avez peut-être déjà commencé à vous intéresser aux assurances.

Comment choisir son assurance ?

Tout d’abord, il faut savoir que votre assurance “multirisque habitation” couvre en général votre responsabilité civile (dégâts causés aux autres) en cas d’accident avec votre vélo électrique.

Il vous faudra donc souscrire à une assurance spécifique si vous souhaitez augmenter vos garanties.

 

Quels sont vos besoins ?

Il est alors important d’identifier vos besoins. Est-ce que je veux être assuré seulement contre la casse ou aussi contre le vol ? Est-ce que je compte utiliser mon vélo en vacances et donc potentiellement à l’étranger ? Ce qui justifierait une assurance vous protégeant partout en Europe, par exemple.

Quel est l’utilisation que je fais de mon vélo ? Est-elle personnelle, professionnelle ou sportive ?

Avoir la réponse à ces questions est nécessaire et très importante puisque l’offre et le prix des assureurs dépendra de ces éléments. Il serait dommage de souscrire à une assurance onéreuse qui vous protégeraient de risques auxquels vous ne seriez jamais confrontés, et inversement.

 

Les points importants à vérifier pour une assurance vol :

Afin de bénéficier d’une assurance vol, il est important de vérifier plusieurs points :

L’assureur veut-il que votre vélo soit gravé/marqué ?

Le vélo doit-il être garé dans un lieu sécurisé ?

Peut-il être garé dans la rue ?

Faut-il retirer la batterie ?

Quel est le niveau de protection minimum de l’antivol (Norme SRA, FUBICY, NF,…) ?

 

Qu’en est-il de la casse ?

Certaines assurances proposent une couverture en cas de casse. Faites cependant attention, certains limitent la casse à l’utilisation normale et d’autres intègrent la casse à l’utilisation.

 

Bien connaître son assurance

Il est conseillé de bien analyser les conditions de votre assurance afin d’éviter les mauvaises surprises. Par exemple s’apercevoir que l’assurance ne vous protège pas contre les vols effectués durant la nuit.

Regardez aussi le montant de l’indemnisation  maximale. Cherchez à savoir si l’assurance comprend une franchise et à combien elle s’élève. Quel sera le taux de vétusté déduit par la compagnie ?

Est-ce que l’assurance couvrira le remboursement de mon vélo ou seulement son rachat ?  

Vérifiez si l’assureur limite sa couverture à un ou plusieurs sinistres.

N’hésitez pas à utiliser des comparateurs d’assurances, mais ne vous basez pas sur le résultat d’un seul. Utilisez-en plusieurs. Vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur un mauvais comparateur ou sur un site qui met en avant les assurances de ses partenaires.

 

Mais attention, avant de souscrire à une assurance ayez bien conscience que le meilleur moyen de ne pas rencontrer de risques est d’avoir un comportement responsable face à la sécurité de votre vélo. N’hésitez pas à relire notre article sur les bonnes pratiques.

En quoi un speed bike est il différent d’un VAE?

Le speed bike se fait de plus en plus courant dans nos villes mais nombreux sont ceux qui ne connaissent pas les réglementations qui le concernent.

En effet, le speed bike n’est pas un simple VAE (vélo à assistance électrique), aux yeux de la loi il s’agit d’un cyclomoteur (Catégorie L1e). En vu de la loi et selon l’article R311-1 du code de la route:

un vélo à assistance électrique ne peut être qu’un vélo sous trois conditions, avoir un moteur d’une puissance maximale de 250W, le moteur ne doit se mettre en route que si le conducteur pédale et enfin l’assistance doit se couper au delà de 25Km/h.

Si un vélo électrique ne respecte pas, à minima, l’une des trois conditions précitées, ce n’est plus un vélo.

Les speedbike ayant une vitesse maximum de 45 Km/h, les fabricants ont fait le choix de les faire rentrer dans la catégorie des scooters électriques équivalent 50 cm3 (L1e).

 

Dans ce cas précis, s’applique au speed bike la réglementation des cyclomoteurs.

Et cela change la donne:

  • Le speed bike devra donc être immatriculé à l’arrière (Article R317-8 du code de la route)
  • Le produit devra être assuré par une assurance scooter (Article L324-2 du code de la route) .
  • Le port du casque de moto (Article L431-1 du code de la route) est obligatoire
  • Il en est de même pour le port de gants aux normes depuis le mois de novembre 2016 selon le décret n° 2016-1232.

Comment améliorer l’étanchéité de sa trottinette électrique

Pour améliorer l’étanchéité de votre batterie, sachez que cette technique s’applique aux pièces électriques de votre appareil que s’avèrent être très sensible aux liquides.

Indice de protection

Votre trottinette possède peut-être déjà une protection contre les liquides et les solides et si vous voulez plus d’informations concernant les indices de protection, n’hésitez pas à cliquer sur ce lien (https://blog.alternative.bike/conseils/1895-indice-de-protection/).

Avant toute chose, prenez note que le document PDF ci-joint ne rendra pas votre trottinette étanche, mais elle la rendra plus résistante contre les liquides et les solides.

Pour améliorer l’étanchéité de votre trottinette, il faut suivre quelques étapes sur plusieurs pièces, qui sont l’écran LCD, le contrôleur, la batterie et la cache arrière.

comment améliorer l’étanchéité de sa trottinette électrique

L’indice de protection

 

Qu’est-ce l’indice de protection ?

L’indice de protection, aussi appelé IP, est un indicateur qui va s’avérer important dans le choix des matériaux utilisés. Cette indice se définit par deux chiffres (ex : 54), chaque chiffre représente une protection. Le premier, celui des dizaines représente la protection contre la poussière, le chiffre des unités représente la protection contre l’eau.

Les indices ne sont pas classés par hasard mais par la plus faible protection à la plus élevée. L’IP 0 signifie qu’il n’y a aucune protection et cela va jusqu’à 6 pour le 1er chiffre et 9K (juste après 9) pour le second chiffre.

 

Quelle est le minimum ?

Le minimum est 0 pour les deux catégories, cela signifie qu’il n’y a aucune protection pour le produit, que ce soit contre les corps solides et l’eau et les liquides.

 

Quelle est le maximum ?

Le maximum pour la protection contre le corps solides est 6, ce qui signifie que votre produit est hermétique à la poussière.  Pour la protection contre l’eau et les liquides, le maximum est 9K, qui se trouve juste après 9, vous aurez une protection contre l’immersion prolongée dans l‘eau en dessous d’un mètre et contre le nettoyage à grande pression.

 

Pour les produits électriques ?

Généralement les produits de mobilité électriques sont équipées d’un indice de protection IP 54, cela signifie que sur le tableau des indices de protection, pour le premier chiffre, son indice est de 5 et donc,  votre trottinette est protégée contre les corps solides ayant un diamètre inférieur à 1 millimètre, mais elle n’est pas hermétique, car pour que ce soit le cas , il faudrait que son indice soit 6.

Pour le deuxième chiffre, concernant la protection contre l’eau et les liquides, son indice de protection est 4, ce qui veut dire qu’elle est protégée contre les projections d’eau venant dans toutes les directions. Là aussi, cela ne signifie  pas qu’elle et étanche car il faudrait qu’elle soit équipée d’une protection de 7 minimum.

Certains produits ont une résistance supérieure à l’IP 54, ce sont ceux comme l’Airwheel M3. Ce produit, par exemple, possède l’IP 56. Cela signifie qu’elle possède la même protection contre les corps solides que l’IP 54, mais contrairement à elle, sa résistance à l’eau est bien supérieure. Car avoir une IP de 6 dans la protection contre l’eau et les liquides signifient qu’elle résiste contre les paquets d’eau et les jets puissants. Ce qui peut s’avérer utiles sous un temps pluvieux et en présence de flaques d’eaux.

Les fonctionnalités

Les fonctionnalités offertes par ces trois marques sont simples à mettre en place et vont vous permettre de passer de meilleurs moments lors e vos balades sur vos trottinettes électriques.

Le régulateur de vitesse

Pour activer le régulateur de vitesse, il faut rester pendant 10 secondes à la même vitesse et ainsi vous pourrez rouler à cette vitesse sans à avoir besoin d’appuyer sur l’accélérateur lors de son utilisation.

Activer et désactiver le régulateur de vitesse

Il y a 5 étapes pour effectuer ce processus :

  1. Éteindre votre appareil.
  2. Appuyer sur la gâchette de freinage et la maintenir pendant les étapes 3 et 4.
  3. Allumer votre engin.
  4. Appuyer 2 fois sur la gâchette d’accélération.
  5. Lâcher la gâchette de freinage.

La fonctionnalité Zéro Start/Kick Start

C’est une fonction de sécurité, elle oblige de mettre la trottinette en mouvement pour pouvoir activer le moteur. Elle permet d’éviter de démarrer par inadvertance lorsqu’un enfant par exemple appuie sur la gâchette d’accélération.

Pour activer cette fonction, il faut :

  1. Éteindre la trottinette.
  2. Maintenir la gâchette de freinage pendant les étapes 3 et 4.
  3. Allumer la trottinette.
  4. Appuyer 3 fois sur l’accélérateur.
  5. Lâcher la gâchette de freinage.

Limiter la vitesse maximale

  1. Éteindre votre appareil.
  2. Maintenir le frein jusqu’à l’étape 5.
  3. Allumer la trottinette.
  4. Appuyer 4 à 8 fois sur l’accélérateur en fonction de la vitesse souhaitée :
  • 4 fois : mode débridé
  • 5 fois : 25 Km/h
  • 6 fois : 20 Km/h
  • 8 fois 12 Km/h
  1. Lâcher la gâchette

Voici un article sur les précautions d’utilisation de vos produits, plusieurs facteurs sont à prendre en compte comme la batterie, la vitesse, les  conditions climatiques. A travers cet article, nous allons vous montrer comment utiliser votre trottinette de la meilleure manière possible.

La batterie

Pour commencer, sachez que vous êtes équipé d’une batterie lithium polymère et qu’elle possède une durée de vie de 4 ans et 500 cycles de recharge complets, ne vous inquiétez pas, une recharge partielle n’équivaut pas à un cycle de recharge.

 

Maximiser la durée de vie de la batterie

Il y a plusieurs recommandations à prendre en compte pour maximiser la durée de vie de sa batterie comme :

  • Ne pas faire de décharges profondes et de recharger sa batterie après une distance parcouru de plus de 5 Km.
  • Laisser reposer votre trottinette au moins 15 minutes et attendre 1 heure pour recharger votre batterie après son utilisation. Les recharges à chaud sont fortement déconseillées.
  • Si vous ne prévoyez pas d’utiliser votre batterie pour une longue durée, laissez la charger à 60 % qui est son niveau de charge le plus adapté.

 

Rouler en temps de pluie et après

Dès sa première utilisation, la trottinette ne doit pas être utilisée sous la pluie, par contre elle peut être utilisée après la pluie sur sol mouillé en prenant compte de ces précautions :

  • Eviter les flaques d’eau
  • Ne pas rouler vite car la roue arrière peut déraper sur le sol mouillé
  • Une fois votre parcours terminé, ne mettez pas votre trottinette à la verticale car l’eau va s’infiltrer à l’intérieur et peut endommager la batterie et son compartiment.

 

 

 

FAQ

Bienvenue dans la FAQ d’Alternative Bike, vous vous posez des questions comme le fonctionnement d’un véhicule, l’immatriculation d’un appareil, quelle batterie utiliser ? Toutes vos réponses seront ici, si toutefois vous ne trouveriez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Un vélo électrique : comment ça marche ?

  • Un vélo électrique ou vélo à assistance électrique (VAE) est en premier lieu un vélo, comme tout autre vélo.
  • Il bénéficie en plus d’un moteur électrique, d’une batterie pour alimenter ce moteur et d’un contrôleur pour faire le lien entre batterie et moteur.
  • L’objectif de cette assistance électrique est d’aider le cycliste à rouler en réduisant l’effort à fournir.
  • L’assistance électrique est une « aide » et non pas un moyen de propulsion. Il faut donc que le vélo respecte les obligations suivantes :
    • Le moteur se met en route uniquement lors du pédalage.
    • Le moteur est d’une puissance maximum de 250 Watt
    • Le moteur se coupe automatiquement lorsque la vitesse dépasse 25 Km/h

 

Comment entretenir mon vélo électrique ?

ALTERNATIVE BIKE dispose d’un atelier pour entretenir, réviser ou réparer votre vélo.

  • L’entretien du vélo électrique est celui d’un vélo traditionnel avec quelques précautions liées à la batterie.
  • Partie traditionnelle : Pression des pneus, graissage de la chaîne, patin et câble de frein…
  • Partie électrique : Aucun entretien. Il est simplement préconisé de respecter les bonnes pratiques en matière d’utilisation de la batterie afin d’optimiser sa durée de vie. Les modèles et technologie utilisées diffèrent en fonction des fabricants. Il convient de se référer aux recommandations du constructeur.
  • Optimisation de la batterie : Ces points concernent principalement un rodage éventuel de la batterie et le stockage en cas de non utilisation prolongée. De plus il est conseillé d’utiliser le chargeur adapté et intelligent (s’arrête automatiquement lorsque la batterie est chargée).

 

Un vélo électrique est ce cher ?

  • Le prix d’un vélo électrique peut varier considérablement en fonction du type, de la qualité, de la marque, de ses composants électriques…
  • Mais certaines marques comme Go-Ped, My Way et Egret font ce qu’il y a de mieux en termes de technologie, finition et matériaux utilisés et leurs produits disposent de brevets et des années de recherche pour arriver à des produits proches de la perfection. De plus, leur fabrication est d’origine américaine ou Européenne contrairement aux autres marques qui eux, fabriquent dans les pays asiatiques. Voici les raisons pour lesquelles certaines marques ont un prix plus élevés.
  • Différentes comparaisons peuvent être établies :
    • Il est certes c’est plus cher qu’un vélo traditionnel mais moins cher qu’un deux roues essence ou qu’une voiture.
    • Il est plus économique à l’utilisation, une recharge de batterie coûte quelques centimes d’euros, pas d’assurance ni équipements obligatoires, entretien minime…
    • Une carte Navigo zone 1-2 coute 60 €/mois, soit 720€ sur un an.

 

Le port du casque est-il obligatoire ? Si oui comment le choisir ?

Tout dépend premièrement de votre trottinette, si votre véhicule est homologué, dans ce cas, le port du casque est obligatoire et de plus, ce casque doit être homologué lui aussi.

Pour les trottinettes non homologuées, son port n’est pas obligatoire mais il est toutefois grandement recommandé.

Concernant le modèle à choisir, dirigez-vous sur notre article qui vous conseillera sur les casques (https://blog.alternative.bike/securite/1813-comment-choisir-son-casque/).

 

Mon poids va-t-il avoir une importance dans le choix de ma trottinette électrique ?

Oui, car si vous prenez une trottinette pas assez puissante alors que vous avez un poids avoisinant les 100 Kg, votre trottinette sera moins performante et vous ne pourrez pas tirer à profit toutes ses qualités, pour cela dirigez-vous plus vers des modèles ayant une batterie plus puissante et d’une taille plus importante.

 

Comment brider son véhicule ?

Cela se fait avec un fil bleu avec cosse noir au niveau du contrôleur, ce fil correspond au bridage de la vitesse. De base, ce fil est débranché, une fois  branché, votre vitesse sera de maximum 20 Km/h.

Quelle est la vitesse des trottinettes électriques ?

Elle varie selon les modèles, votre mode de conduite et aussi des routes que vous empruntées avec votre véhicule. Pour un modèle adulte, la vitesse moyenne est entre 32 et 40 Km/h.

 

Quelle est le poids d’une trottinette électrique ?

Tout comme la vitesse, elle dépend du modèle, pour savoir le poids d’une trottinette, rendez-vous sur sa fiche technique.

 

Puis-je utiliser ma trottinette électrique sous tous les temps ?

Non, sous la pluie les parties électriques ne sont pas toutes protégées et peuvent subir des dégâts dus à l’eau. Vous pouvez quand même roulez sur un sol humide mais évitez les flaques d’eau qui pourraient, à causes des éclaboussures, endommager votre appareil.

 

Quels sont les différents types de batterie et leur optimisation ?

  • Les batteries Plomb (Pb):
    • Avantage : Bon marché, pas d’effet mémoire, bonne durée de vie.
    • Inconvénient : Poids, faible autonomie, sensible au froid et difficilement transportable en raison d’acide liquide (pour les véhicules électriques, certains fabricants utilisent un mélange eau-acide gélatineux et non liquide).
    • Pour optimiser ces batteries il faut évitez de la décharger complètement et les stocker chargées.
  • Batteries Nickel-Cadmium (Ni-Cad) :
    • Avantage : Plus légères que le plomb et plutôt bon marché
    • Inconvénient : Effet mémoire (décharger complètement la batterie avant de la recharger), polluantes, autonomie moyenne
    • Pour optimiser ces batteries il faut les stocker déchargées.
  • Batteries Nickel – Métal Hydrure (Ni-mh):
    • Elles sont proches des Ni-Cad, elles souffrent moins de l’effet mémoire, mais s’auto décharge. Elles sont aussi plus onéreuses et bénéficient d’une meilleure autonomie.
  • Les batteries Lithium (li-ion ou Li-Po)
    • Avantage : légère, bonne autonomie, pas d’effet mémoire, grande variété de formes.
    • Inconvénient : batterie très onéreuses, s’use dans le temps même sans utilisation.
    • Pour optimiser ces batteries il faut les stocker faiblement chargées à une température de 20°c.
    • Ces batteries sont actuellement considérées comme les meilleures pour un deux-roues électrique.
  • Quelques notions électriques. Indépendamment de la composition des batteries, elles se différencient aussi en fonction de leur intensité (ampérage) et tension (voltage). Sans rentrer dans les détails techniques, il est important de retenir que :
    • Plus la tension (Volt) est élevée, plus la sensation de puissance sera présente.
    • La puissance globale que peut fournir une batterie se calcule en multipliant la tension (Volt) par l’intensité (Ampère).
    • Le réservoir d’énergie ou d’électron de la batterie est exprimé en ampère heure (Ah).

 

Qu’est-ce c’est qu’un cycle de recharge ?

Un cycle de recharge est tout simplement qu’une recharge complète de la batterie de votre véhicule, par contre si votre batterie est à moitié chargée et que vous la rechargez complétement, cela ne correspond pas à un cycle de recharge mais juste à une demie charge.

Où recharger ma batterie ?

Liste des bornes de recharge de la Mairie de Paris :

 

Si je veux passer d’une batterie plomb à une batterie lithium, cela pose-t-il un problème ?

Pas du tout, il suffit juste de voir si votre modèle possède une batterie lithium compatible pour remplacer votre batterie plomb.

AVERTISSEMENT : charger votre batterie lithium non pas sur le côté de la trottinette mais sur le câble de la batterie.

Comment entretenir sa batterie ?

Pour utiliser de façon optimale sa batterie, il y a quelques règles à respecter :

  • Ne la laisser pas dans le froid.
  • Chargez la batterie au moins une fois toutes les 2 semaines même lorsque vous ne l’utilisez pas.
  • Chargez là lorsque sa jauge est à environ 50 %, cela permettra d’avoir un minimum de charge pour votre trottinette.
  • Il faut toujours que vous finissez un cycle de charge.
  • Ne pas recharger la batterie lorsqu’elle est chaude, attendez 1 heure après l’utilisation.

 

Comment limiter les risques de vol de mon vélo ?

Comme pour les scooters et les motos, les règles sont relativement les mêmes qui sont :

  • Se méfier des endroits à risques ou peu éclairées.
  • Variez les lieux de stationnements.
  • Toujours attacher le 2 roues à un point fixe et solide.
  • Bien positionner son antivol.
  • Batterie amovible : n’hésiter à l’emporter avec vous car cela signifierait de voler le vélo électrique sans la batterie.

 

La prime 33 %, qu’est-ce c’est ?

La mairie de Paris vous rembourse 33% du prix d’achat de votre vélo ou cyclomoteur/scooter  électrique. Cette prime est plafonnée à 400€.

Par exemple, vous achetez un vélo ou un scooter électrique d’une valeur de 1600€ vous ne le payez que 1200€.

Cette subvention est accessible aux :

– Particuliers parisiens (dans la limite d’un véhicule par personne). Pour cela, il suffit de renvoyer à  la mairie une convention signée accompagnée de la facture d’achat, de l’attestation d’homologation fournie avec le deux-roues ainsi qu’une copie de la taxe d’habitation.

– Artisans, Commerçants et Réparateurs implantés à Paris bénéficiant d’un code NAF répertorié par la Maire de Paris (jusqu’à 10 deux-roues électriques par établissement).

Pour plus d’information vous pouvez consulter le site de la mairie de paris http://www.paris.fr/pratique/Portal.lut?page_id=7096&document_type_id=4&document_id=75490&portlet_id=16333

 

Les statistiques de déplacement à Paris :

  • D’après une étude menée par l’INRETS (Institut National Des Recherches Sur Les Transports Et Leur Sécurité) :
    – 80% des déplacements sont effectués par des véhicules de particuliers.
    – 8 sur 10 ne transportent qu’une seule personne.
    – La vitesse moyenne par trajet s’établit autour de 20 km/h pour une distance moyenne de 8 km.
    – Le prix des carburants connaît une flambée non maîtrisée.
    – Les scooters et cyclomoteurs « classiques » constituent l’une des causes les plus sérieuses de pollution environnementale et sonore.
  • Selon les conclusions d’un rapport de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) :
    – 50 % des trajets effectués en voiture font moins de 3 Km, et 25% font moins d’1 km.

– les deux roues thermiques sont responsables de 10% d’émission de CO2 et de 13% des hydrocarbures non brûlés.

– Le vélo classique est plus rapide que la voiture en ville sur des distances inférieures à 6 km.

– 10 km de vélo tous les jours évitent le rejet, par l’usage d’une voiture, de 700 kg de CO2 par an.

– Les trajets domicile-travail représentent une part importante des déplacements individuels. 75 % d’entre eux se font en voiture. Le conducteur est très souvent seul à bord.

 

Pour le vélo électrique, quelles sont ses obligations ?

  • Le vélo électrique étant avant toute chose un vélo, le port du casque, bien que recommandé, n’est pas obligatoire.
  • Il en va de même pour l’assurance qui n’est pas obligatoire. Bien souvent, les assureurs couvrent la pratique du vélo dans la multirisque habitation.
  • Équipement obligatoire : gilet jaune de sécurité hors agglomération et la nuit.

 

Les scooters et motos électriques :

  • Un scooter ou moto électrique est un deux roues comme il y en existe dans leur équivalent essence, mais fonctionnant exclusivement à l’énergie électrique.
  • Le fonctionnement est très simple et permet de réduire le coût d’entretien : une batterie via un contrôleur électronique alimente un moteur électrique permettant de faire tourner une roue. Pas d’essence, pas d’huile, pas de bougie, pas de filtre…
  • Ces véhicules sont parfaitement adaptés au milieu urbain avec une absence de pollution sonore et olfactive, une autonomie suffisante. Certains modèles proposent des batteries amovibles si l’utilisateur ne dispose pas de garage pour recharger. Comme tous les véhicules électriques, ils disposent d’une très bonne capacité d’accélération dès le démarrage afin de de s’extirper du flot automobile.
  • Certains assureurs proposent des tarifs réduits pour les deux roues électriques. Lien moto assurance…
  • Ces éléments sont attestés par le respect de la norme EN15194.

 

Quelles trottinettes électriques sont homologuées ?

Les trottinettes électriques homologués route sont celles disposant d’un certificat de conformité Européen. Ce document permet de les immatriculer. Elles deviennent un véhicule et peuvent rouler sur la route. Attention permis et équipement de sécurité sont nécessaires. https://blog.alternative.bike/conseils/1785-produit-homologue-route-non/

 

L’assurance de ma trottinette est-elle nécessaire ?

Oui ou du moins avoir au minimum une assurance responsabilité civile.

 

Concernant l’immatriculation ?

Tout dépend si votre trottinette est homologué ou non car si elle l’est une plaque d’immatriculation est nécessaire. Alors que pour les autres, il faut que la trottinette possède un numéro d’identification.

Où peut-on rouler et dans quelles conditions est-ce possible ?

Avec votre trottinette électrique, vous pouvez rouler sur les voies réservées aux cyclistes et ceux réservées aux piétons et avoir le même comportement qu’eux. Concernant l’équipement à avoir, le port du casque est  obligatoire. Pour finir, quel que soit votre mode de conduite piéton ou routier, le respect du code de la route est de rigueur.

 

Si je me fais contrôler par la police, que dois-je faire ?

Les trottinettes électriques homologuées étant considérées à l’égal des véhicules à moteur, en cas de contrôle d’un agent de police, vous devrez être en mesure de lui présenter votre Certificat de Conformité Communautaire. Ce papier garantit que votre trottinette est conforme aux règles de sécurité et n’est pas un danger pour vous et les autres.

Guide d’achat pour votre trottinette électrique

Que vous soyez professionnels ou particuliers, les trottinettes électriques sont là pour vous facilitez la vie et qui plus est, d’une manière écologique et pratique. Nous avons à votre disposition de multitudes de marques reconnues et renommées pour satisfaire au maximum vos besoins dans notre guide d’achat pour votre trottinette électrique. Grâce au site Que Choisir, vous allez pouvoir une vision plus large du monde des trottinettes électriques pour pouvoir mieux choisir votre nouveau bolide. De plus, une vidéo est présente pour vous présenter quelques modèles que vous pourrez retrouver facilement en magasins.

http://www.quechoisir.org/loisirs-tourisme/sport-culture/guide-d-achat-trottinette-electrique-video-comment-choisir-sa-trottinette